Vous êtes ici > Résidences > Les compagnies accueillies en 2018

Les compagnies accueillies en 2018


Animakt soutient les artistes et accompagne les acteurs du territoire dans le secteur des arts de la rue. Installé à Saulx les Chartreux (Essonne - 91), Animakt a développé un lieu de fabrique offrant des espaces de travail fonctionnels aux compagnies : La Barakt


Du 13 au 21 juin

POLYMORPHES // "Mainmise"

Spectacle Jonglage

La créatio en travail :« Mainmise est un spectacle pour tous types de lieux clos et chaleureux offrant l’intimité nécessaire à ce moment de
vie. Notre souhait est d’amener le spectateur aux frontières de toutes sortes d’émotions et de parler des limites de
chacun...les limites d’une relation...des formes de pouvoirs subtile et même inconscientes : rapports de force,
interdépendance et manipulation... Nous travaillons sur une écriture qui nous provoque de réelle sentiment.
Nous cherchons à explorer cette univers à la fois quotidien et onirique, dans lequel la performance n’est utilisée que
pour narrer. »

La Cie : « C’est lors de leur formation au Théâtre-cirqule à Genève que se rencontrent les deux artistes de la compagnie
Polymorphes. La compagnie pratique un cirque teinté de danse et de théâtre :
« Influencés par la vie quotidienne, les relations humaines sont un de nos principaux axes de travail. Nous créons à
partir d’actions réelles nous permettant d’intégrer de vraies émotions sur scène. Parallèles au travail du clown, avec
spontanéité et imprévus. Ne cherchant pas à être des acteurs qui jouent un rôle mais des personnes qui vivent... » »


Du 5 au 11 juin

Sale Gamine // La Chasse est ouverte

Théâtre musical mouvementé
Un tribunal populaire en chanson, et en accordéon…
« Approchez, approchez….Famille, voisins, connaissances lointaines ou parfaits inconnus, joignez-vous au procès public d’une sorcière d’aujourd’hui. Ce sera à vous de juger du sort de l’accusée…la chasse est ouverte ! »
« Quand une femme pense seule, elle pense au diable... »
Malleus Maleficarum (manuel des chasseurs de sorcières)

la Cie:La compagnie Lisa Kayu est née en 2018 de mon envie saugrenue de monter un premier solo. Un solo féminin, et pourquoi pas moi ? Après les explorations abracadabresques de mon personnage de Terre de feu Kayu Aka Marquez dans la création #7 du Vox International Théâtre, j’ai senti que c’était le moment de créer mon propre chemin, paso a paso, golpe a golpe. El camino se hace al andar (le chemin se fait en marchant), dit-on, et bien c’est cette volonté de tracer un lien entre le théâtre, le chant, la musique et la danse qui me guide aujourd’hui. D’un bout à l’autre du monde, dans la rue, dans les théâtres, sur les places publiques, comment mélanger nos savoirs-faire, nos langues et nos cultures au service d’un propos fort pour créer un théâtre explosif ? Comment partager véritablement ce qui m’anime avec les spectateurs ? Parler de ce qui coince, ce qui grince, ce qui frotte et qui sonne. Je ne joue pas. Vous n’êtes pas spectateurs. Nous sommes sous la même couverture. Nous formons, peu à peu, vous et moi, une petite société secrète.

------------------------------------------------------------

Du 21 mai au 3 juin

LES TETES D’AFFICHES // "L’épopée Fantastique"

Spectacle clownesque


La compagnie Les Têtes d’Affiche est issue de la rencontre de trois jeunes artistes clowns pluri-disciplinaires qui se sont rencontrés durant leur formation à l’école de clown Le Samovar.


du 7 au 17 mai

Marc Prépus // Machine émotionelle

Spectacle musical

Je m’appelle Marc Prépus et je suis musicien de surface. Mon truc à moi, c’est de faire de la musique avec n’importe quoi parce que ça m’amuse et que c’est moins fragile et moins cher que de vrais instruments. Mon boucleur à pédales me permet de créer une musique que je qualifierais de hip hop électro-ménager sensible et expérimental. De plus, j’aime parler avec mon public, j’aime qu’il m’aime fort car je suis aussi une diva qui mourra sur scène un jour, je l’espère.
Enfin, après un premier opus, Le Big Caddyman, je viens ici présenter mon nouveau concert-spectacle, pour la rue ou ailleurs, dans son état embryonnaire :
"MACHINE ÉMOTIONNELLE" Un véritable festin d’amour, de sexe et de sueur, mal engagé en politique, parfois sale, parfois douteux mais toujours généreux en bouche. Un show musical extravagant et incroyable avec le roi des chiens, un Panda multifonction, un poisson lumineux, des jouets ensorcelés et un rappeur transgenre, tout ça dans un caddy post-apocalyptique.

De la bombasse de belette quoi !


Du 8 au 12 mai

ARZAPAR // "BOX(e)"

Spectacle dedans-dehors

La création en travail : Une équipe artistique a pour projet de créer un spectacle sur les préjugés sexistes, à travers le sport, et en particulier la boxe.
En cours de création, elle trouve une boîte renfermant les extraits du journal intime de Kéo, ado probablement en fugue. A partir des extraits du journal et du matériel dont elle dispose, l’équipe artistique imagine que Kéo se serait enfermé(e) dans un vestiaire de boxe. Dans son journal, Kéo raconte sa vie quotidienne et la rencontre (réelle ou rêvée) avec un personnage hors cadre qui se prend sûrement pour un génie et refuserait de sortir de sa lanterne magique. Mais rien dans ce journal, écrit sous le contrôle d’un(e) probable psy (que Kéo appelle Plouc) ne permet à l’équipe de déterminer si Kéo est une fille ou un garçon.
De cette absence de certitude, nait un nouveau spectacle, comme une enquête : c’est BOX(e).
BOX(e), un spectacle à tiroirs, où l’on (se) perd joyeusement (dans) nos idées reçues et où les frontières n’existent que pour qu’on les dépasse.
BOX(e) sera la première création tout public pour une nouvelle phase dans la vie de la compagnie.

La cie : La compagnie Arzapar crée des spectacles, interventions et actions artistiques dans l’espace public et tout autour, avec pour désir d’œuvrer poétiquement en faveur d’une transition sociale et écologique, vers un monde plus juste et porteur d’espoir. En créant des espaces de parole dans des lieux du quotidien, elle invite à amorcer le changement par de petits pas en soi, en devenant acteur de sa vie et du monde.

Créée en 2007 et basée en Seine-Saint-Denis depuis lors, la compagnie a d’abord trouvé son identité en 2011 avec les Clowns Citoyens. Ces clowns de proximité s’adressent aux passants de tous âges pour les inviter à porter un regard différent sur les lieux, les habitudes et les objets du quotidien.
Tant dans son fonctionnement interne que dans sa vie associative, que dans ses créations, la compagnie souhaite expérimenter une horizontalité dans les prises de décisions, avec une attirance forte pour les modèles coopératifs, l’aventure humaine étant une nourriture pour l’imaginaire au même titre que la recherche artistique.


Du 28 avril au 4 mai

L’ENRACINE // "La Peuplée (et ses invités)"

Performance, musique et danse

La création en travail : La Peuplée est un spectacle écrit par et pour une voix – Chant – Poésie – corps.À la transmission de celles qui l’habitent, Pauline fait le dessin des ensembles dans lesquels elle s’est inscrite. Ses expériences interrogent les formes et les fonctions sociales des groupes, de l’importance de l’Autre dans nos existences. Pauline s’efforce d’étendre les espaces de tolérance en permettant à l’étrange d’exister. La Peuplée c’est un chemin vers l’autre – un spectacle mené d’une voix à la rencontre. Une voix en liberté serait celle qui dit pour les autres – celle qui soigne et raconte, celle qui exprime, exulte et dénonce. Dans un corps comme un autre – au service des communs d’aujourd’hu
iALERTE ROSE de la Compagnie Le Mataf – Clément Demaumont – Hélène PéricardAlerte rose est une improvisation pour l’espace, ce qu’on y voit et ce qui nous touche. À travers un processus de mise en état ,un danseur et une musicienne partent à nu pour chercher à trouver leur place dans un lieu commun. pour jouer des différences et chercher les résonances.
Martha Matraque – Benoit BriandUne Marionnette et la poésie pour se plonger dans la vie d’un être promenant son genre entre l’homme et la femme, la solitude des vieux et les espoirs des enfants, sur des textes de Gaston Couté et entre 4 murs.

La cie:L’Enracinée est un collectif d’individus, aux identités multiples,
La Peuplée grandi en son sein, elle invite lors de cette résidence d’autres membres du collectif pour que les regards se croisent et que l’espace se partage.
ALERTE ROSE de la Compagnie Le Mataf – Clément Demaumont – Hélène Péricard
Martha Matraque – Benoit Briand


Caracol // "Café Ulysse"

Théâtre

Bienvenue dans ce Café Ulysse ! Accueilli autour d’un thé et d’un café, vous pouvez prendre le temps d’écouter un petit récit ou celui de toute une vie.Inspirés de l’Odyssée et du monde contemporains, un trio d’acteurs polyglottes (français, arabe, anglais, langue des signes, néerlandais, etc.) évoquent les destinées de Circé ou d’Aisha, des compagnons d’Ulysse ou de Gilbert, du Cyclope ou d’un père.Au fil de ces récits de voyages apparaît ce qui fait maison au-delà des territoires : une expression, un geste, ou encore quelques notes de musique.Vous pouvez nous rejoindre à tout instant du temps (plusieurs rendez-vous sont donnés), rester pour une petite heure ou toute la soirée !


Du 12 au 23 mars

LABORATOIRE URBAIN D’INTERVENTIONS TEMPORAIRES // "Marché Noir"

Théâtre en espace publique, performance

La création en travail : Pourquoi ce qui se monnaie aurait plus de valeur que le reste ?!
Au MARCHÉ NOIR on négocie ce qui n’a pas de prix, on estime l’inestimable : la matière noire, la matière hypothétique, le désir.!
Piratant des places de marchés de nuit, un théâtre de la négociation s’engage entre les dealers-traders et les passants devenus clients. Une bourse de l’ombre se met en place, on pourra y lire les fluctuations des valeurs de nos nuits qui se rêvent en jours.!

La cie:Le LUIT (Laboratoire Urbain d’Interventions Temporaires) pense comme Pier Paolo Pasolini que les lucioles n’ont pas disparu : elles n’apparaissent qu’à ceux qui sont à la bonne place pour les voir émettre leurs signaux lumineux.
Le LUIT est un groupe de travail réuni autour la recherche et l’expérimentation artistique dans l’espace public. Il travaille sur le renouvellement de la notion de participation pour des publics non convoqués (passants) et à partir de méthodes d’observations de l’espace qui relèvent autant de pratiques géographiques et anthropologiques que d’inspiration situationniste.


Du 6 au 10 mars

BLÖFFIQUE THEATRE // "Oniré - partie 2"

déambulation

La création en travail : Oniré - partie 2, propose une balade urbaine onirique destinée aux enfants de 6 à 12 ans. Elle prend appui sur l’architecture et les usages d’un quartier et se déploie sur le modèle d’un jeu de l’oie grandeur nature. Un habitant sème des bribes de rêves dans les poubelles de la ville. Nous partons sur les traces de ses récits, où réalité et fiction vont se croiser. Nous allons développer les parties sonore et scénographique qui vont jalonner le parcours. Nous souhaitons conduire une expérimentation avec une quinzaine d’enfants (collecter certains de leurs rêves nocturnes, les interroger sur la perception des espaces publics) afin d’appréhender le rôle et la place qui pourront être donnés à ces enfants/spectateurs, jusqu’où partager sa partition, qui guide, qui est guidé… ?

La cie:Les projets du blÖffique théâtre sont identifiables par leur indispensable implication temporelle et humaine sur les territoires, et sur leur capacité à faire de l’urbain au-delà des cadres bâtis. Ils offrent une lecture dramaturgique nouvelle de l’espace public, des lieux habités, par des mises en état poétique et imaginaire, jouant sur les rapports d’échelles et des jeux d’échos avec le réel. Cette présence, souvent surréaliste mais ne cherchant pas à jouer sur la performance, ou l’exceptionnel, se décline en des formats spécifiques, inédits dans le paysage des arts de la rue au niveau national. Ceux-ci ont contribué à forger l’identité et l’esthétique de la compagnie. Depuis 10 ans, le blÖffique théâtre poursuit ainsi sa recherche dans les imaginaires des villes pour faire émerger les histoires qui les construisent. La compagnie explore une poétique qui ne nie pas le réel mais se développe en parallèle du quotidien pour en donner une autre lecture. Par son intervention sur les usages, l’histoire et les mythologies d’un territoire, elle souhaite inscrire un univers imaginaire et surréaliste dans ces espaces familiers.


Du 28 février au 4 mars

CIRQUE GONES // "Dessous de table"

Nouveau cirque

La création en travail : De mystérieux clients se retrouvent mêlés à une intrigue noire et joyeuse dans le hall d’un Hôtel inquiétant.
Un gérant maladroitement obséquieux, une sombre noctambule illuminée, une coriace demoiselle élastique et un énigmatique gaillard hâbleur composent ce vaudeville circassien.
Ici le spectateur mène l’enquête pour résoudre une énigme acrobatique et paranormale qui nous fait basculer du côté obscur de la farce.

La Cie : Fondé en 2003 à Nancy, le cirque Gones regroupe 6 artistes jongleurs-clowns-musiciens- acrobates, un technicien et une administratrice, ayant choisi le cirque comme « art de vivre » la rencontre avec les publics. Se cimentant à l’occasion de tournées sous chapiteau, inscrites dans des contextes de coopération internationale (Afrique, Roumanie, Italie, Allemagne...), le collectif s’est structuré en une compagnie professionnelle en 2005.
Nos créations s’inscrivent dans le courant du nouveau cirque ou cirque de création, les techniques que nous développons servent un propos, une continuité et une histoire.
Depuis 2003, nous avons créé une dizaine de spectacles. Tous se situent à la croisée du nouveau cirque, du théâtre d’objet et du clown. Nos tournées se déroulent sous chapiteau, en rue ou pour certains spectacles en théâtre. Ces créations sont pour nous un moyen d’aller à la rencontre de notre public en France comme à l’étranger. Depuis notre première tournée, plus de 1000 représentations ont été jouées.
Nos valeurs Depuis le premier jour, notre engagement, est artistique, nous travaillons pour développer des créations de qualité, tout en conservant une véritable passion de l’échange avec tous les publics. Nos actions sont avant tout pensées pour favoriser l’accès au spectacle vivant et plus particulièrement au cirque de création.
Fondé en 2003 à Nancy, le cirque Gones regroupe 6 artistes jongleurs-clowns-musiciens- acrobates, un technicien et une administratrice, ayant choisi le cirque comme « art de vivre » la rencontre avec les publics. Se cimentant à l’occasion de tournées sous chapiteau, inscrites dans des contextes de coopération internationale (Afrique, Roumanie, Italie, Allemagne...), le collectif s’est structuré en une compagnie professionnelle en 2005.
Nos créations s’inscrivent dans le courant du nouveau cirque ou cirque de création, les techniques que nous développons servent un propos, une continuité et une histoire.
Depuis 2003, nous avons créé une dizaine de spectacles. Tous se situent à la croisée du nouveau cirque, du théâtre d’objet et du clown. Nos tournées se déroulent sous chapiteau, en rue ou pour certains spectacles en théâtre. Ces créations sont pour nous un moyen d’aller à la rencontre de notre public en France comme à l’étranger. Depuis notre première tournée, plus de 1000 représentations ont été jouées.
Nos valeurs Depuis le premier jour, notre engagement, est artistique, nous travaillons pour développer des créations de qualité, tout en conservant une véritable passion de l’échange avec tous les publics. Nos actions sont avant tout pensées pour favoriser l’accès au spectacle vivant et plus particulièrement au cirque de création.


Du 19 au 27 février

CIRQUE ROUAGE // "Silence"

clown et musique

La création en travail : C’est l’histoire d’une femme qui, à force qu’on lui dise de se taire, s’est renommée elle-même Silence. Empêtrée dans les peaux que la société lui impose, elle finit par s’enfermer dans un carton pour échapper au jugement du monde extérieur. Un jour, elle décide d’en sortir et fait voler en éclat sa carapace, éclaboussant au passage celle des autres... Ce solo mêlera trois axes artistiques : un clown cru communiquant par le corps, des mots lâchés à bout de lèvres, de la musique live et du chant ; une scénographie mécanique sous yourte ; une réflexion sur les stéréotypes de genres et le poids des normes.

La Cie : Le Cirque Rouages, est un collectif créé et codirigé par 9 artistes, techniciens, musiciens et constructeurs passionnés, tous désirant assembler leurs rouages dans le but de créer une mécanique poétique, musicale et corporelle. Aujourd’hui entourée d’une dizaine d’autres artistes et techniciens réguliers, la compagnie s’inscrit dans une démarche de création collective où la recherche s’articule tantôt autour de scénographies mécaniques et de mouvements circassiens, tantôt autour du mouvement dansé, du mime et du clown, avec comme volonté commune, une musique en live. Avec maintenant 10 années de création et d’histoires extraordinaires, le Cirque Rouages parcoure la France et le monde avec ...Sodade..., Zorro, Ôm Taf, Ondes et Boate, tout en concoctant pour les années à venir, 4 nouveaux spectacles…


Du 6 au 18 février

CIE BITONIO // "Le Dérailleur : le jeu qui fait flipper les boules"

Entresort Forain

La création en travail : Vous êtes aux manettes ! Une plongée dans l’univers du train fantôme, le voyage sinueux d’une boule sur les rails de nos cauchemars. Un flippeur en équipe pour échapper aux corbeaux, une visite interactive de la maison hantée et l’attaque du train fantôme. Si on retrace ici nos angoisses face aux monstres, ce jeux collaboratif demande de passer à l’action. Cette aventure initiée au festival Ceux d’en Face, sera sculptée par Anthony Mainguet, marionnetiste de la Cie Bitonio et mise en jeu par Raoul Petit, déjà venu avec La fédération Amicale des Sports tranquilles. Aurez-vous assez de trois vies ?

La Cie : La Cie Bitonio a fait vivre ses sculptures, manipulées en marionnettes ou comme vivante en automate, notament dans ’Le Bar Animé’. Les Arts Inutiles, se sont des jeux créés et mis en interaction par des artistes de tous horizons. La Fédération Amicale des Sports Tranquilles fut déjà créée au festival Jeunes Pousses.

En résidence en ce moment...


Du 5 au 9 février

LE QUART D’HEURE AMERICAIN // "Nola Radio"

Spectacle musical

La création en travail : Nola Radio, ce projet Musical & Clownesque retrace les origines du Blues. Ce spectacle d’une heure transporte le public dans l’esprit déjanté d’une journaliste radio tout en nous plongeant dans l’univers et la force de la musique noire américaine.

La cie : La compagnie le quart d’heure américain naît lors d’un voyage en Afrique en février 2014.
Les petites formes qu’ils présentent à Lomé (Togo) préfigurent la future collaboration entre la comédienne et le musicien.
Julie Maingonnat et François Michel se lancent dans l’écriture de « Nola Radio » avec l’envie de marier leurs disciplines sur scène.
C’est le premier spectacle de leur compagnie « Le quart d’heure américain ».
La création s’est poursuivie devant des publics variés, de New Orleans (Louisiane, USA) à Paris en passant par Genève.


Du 29 janvier au 4 février

GRAVITATION // "Obsolète"

Danse, cinéma et conte contemporain

La création en travail : OBSOLETE // Définition : Qui n’est plus utilisé, qui n’a plus cours. L’obsolescence est le fait pour un produit d’être dépassé, et donc de perdre une partie de sa valeur en raison de la seule évolution technique, même s’il est en parfait état de fonctionnement. ...

La notion d’obsolescence s’applique généralement aux objets usuels, rarement aux personnes. Elle nous semble englober une réalité plus vaste que celle de la misère, en cela qu’elle pose la question de l’utilité. Elle s’applique aussi bien au chômeur, qu’à l’ouvrier qui ne trouve plus de sens dans son travail ou encore au père ou à la mère de famille dépassée par ses enfants…
L’obsolescence concerne également le système en tant que tel, celui dans lequel nous vivons.

La cie : 20 d’existence déjà pour ce collectif (bisontin) polymorphe, qui traine ses obsessions du côté de l’action culturelle, mais aussi de certains thèmes comme : les utopies, la démocratie, la crise, les systèmes pernicieux qui conduisent les inégalités à se reproduire encore et encore, la politique, en bref la société, celle dans laquelle nous vivons là tout de suite maintenant et celle d’hier qui a façonné celle d’aujourd’hui.


Du 15 au 21 janvier

GUS // "Masaï Machine"

Danse, cinéma et conte contemporain

Gigi & Lolo s’aiment. Ils vont au cinéma voir un western. Un cowboy meurt. Le film se termine. Gigi ou Lolo a oublié quelque chose dans la salle. Puis c’est la fin du monde, que Gigi & Lolo vivent séparés.
Il y a une histoire. Elle est racontée à l’aide de sauts, de textes, et d’extraits de films. Elle est racontée trois fois, avec des changements à chaque fois, mais c’est la même histoire. Trois fois Gigi & Lolo et la fin du monde.