Vous êtes ici > Résidences > Les compagnies accueillies en 2019

Les compagnies accueillies en 2019


Animakt soutient les artistes et accompagne les acteurs du territoire dans le secteur des arts de la rue. Installé à Saulx les Chartreux (Essonne - 91), Animakt a développé un lieu de fabrique offrant des espaces de travail fonctionnels aux compagnies : La Barakt


SAISON DE JANVIER À JUIN 2019

Du 14 au 18 janvier 2019

Laura Wild

Musique - chanson folk

Après son premier set de chansons intimistes & chants du monde Ukulélé - voix - Prix Nougaro 2017 Laura développe une forme concert chansons Folk auprès des cordes de la guitare où se nouent les langues et les mots pour un jaillissement de textes fleuves de comptines de cœur et d’histoires mythiques parfois improvisées - Le regard et la voix clairs et profonds elle convoque auprès d’elle ces lieux et personnages faits de nuances tendres, surprenantes et contrastées pour un festin scénique doux et amer -


Du 21 au 25 janvier 2019

Le Son qui Manque // "À l’envers de la Forêt"

Théâtre immersif

A l’envers de la forêt est une expérience, un précipité entre théâtre, performance et installation sonore. A l’envers de la forêt s’inspire des codes du rituel et invite les spectateurs à y prendre part. A l’envers de la forêt explore la forêt vivante et ses paysages sonores au gré du jour, de la nuit et des saisons. De la richesse des sons de la forêt émergent les créatures fantastiques ou véritables qui la peuplent. A l’envers de la forêt incite nous mettre en état d’écoute par la marche et prendre ainsi part au grand orchestre de la forêt ; puis à nous immobiliser un moment pour cesser notre propre vacarme, nous plonger dans l’invisible forestier et percevoir peut-être ainsi ce qu’il advient sans nous, malgré nous, à notre insu.

Soirée Carte Noire avec Le Son qui Manque le jeudi 24 janvier à 19h00 // Promenade artistique en forêt ATTENTION, bien se couvrir ! RDV à 19h à La Barakt / Places limitées, sur réservation : reservation[at]animakt.fr - 01 64 48 71 01


Du 4 au 9 février 2019

Marie Capdeville // "Auf Holen"

Corps en espace public

Entrer en relation avec quelqu’un, c’est être fragile parfois.
C’est s’aventurer à l’intérieur de soi, c’est inspirer lentement, le plus longtemps possible.
C’est aspirer à être proche, collé à toi. C’est aussi le vide, l’absence, l’apnée.
La compagnie : Hyperamoureux du paysage
Parce que les corps dans l’espace, c’est comme une poésie
Hypersensibles
Parce que c’est de l’humain qu’il s’agit. Parfois. Non, toujours
Hypersincères
Parce qu’on ne sait faire que ça
Hyperrésistants aux tempêtes en tout genre
Hyperlibres de ne pas être consensuels
Hyperlibres de prendre le temps
Parce qu’on peut tous mourir demain heurtés par une météorite


Du 18 a 22 février 2019

Cie Ensemble // "Vers les paysages"

Théâtre

2080, Une table. Cinq femmes font des tartes aux fruits. Un jour elles tombent par hasard sur une carte retraçant le voyage d’un convoi d’exploratrices parties découvrir le pôle Sud en 1909.
Cette première étape de travail est un laboratoire. Je regarde autour et je me pose des questions : Qu’est-ce que l’imaginaire ? Le paysage ? La résistance ? Le féminisme ? La SF ?
En 2018, à quoi doit-on résister encore, à l’atomisation de l’imaginaire et du paysage ? Dans quels (types de) paysages pouvons nous nous projeter ? Quel lien entre nos imaginaires et notre panique métaphysique face aux incessants discours sur la fin du monde ? Je souhaite travailler cette idée de « fin du monde » qui nous propulse dans une urgence et un grand sentiment d’impuissance, parce que je crois que nous pouvons encore ralentir et simplifier, trouver de la vie dans les creux grouillants. C’est là, dans ces creux que réside ce laboratoire.


Du 25 février au 1er mars 2019

Compagnie Jeanne Simone // "L’air de rien - il y aura probablement de la musique mais nous arriverons à trouver un coin tranquille"

performance

Il y a un type qui est là, en présence, à peine plus que le reste. Il est là pour écouter… il a cette tâche. On l’a invité pour ça, et c’est aussi une obsession, alors on le regarde faire. « Nous sommes non pas en présence d’une œuvre d’art qui est une chose, mais d’une action qui est implicitement rien. » (John Cage, conférence sur quelque chose).


Du 4 au 8 mars 2019

Compagnie Empartance // "Traces d’immortelles"

Danse en espace public

Du solo à l’occupation collective de l’espace public, Cha Ricordeau nous emmène à travers la restitution de paroles et le travail corps à « faire le trottoir » pour nous questionner : « la prostitution, qu’est-ce que ça me fait ? ».


Du 4 au 10 mars 2019

L’Orchestre de (ma) chambre // "Con muchacho gusto"

Spectacle musical

Entre conférence fantaisiste et performance musicale live, ce spectacle interactif mène trois disciplines de front : théâtre, danse et naturellement, musique !
Envoyé pour promouvoir le tourisme dans son petit village d’Amérique latine, un musicien ambulant viens faire partager un peu de son folklore tropical et de sa culture musicale. Entre descargas et salsachokes, et à travers un répertoire explosif digne des meilleures salsatecas de Miranda, les jambes s’animent, les corps se délient, une conférence fantaisiste et bigarrée s’invite et réveille les yeux et les oreilles.
Beau Dimanche Salsa avec L’Orchestre de (ma) chambre le dimanche 10 mars / à 16h à la Troisième Terre // Entrée libre et tout public // Ouverture de la 3ème terre dès 10h pour atelier peinture parents-enfants et déjeuner partagé


Du 11 au 20 mars 2019

Liaisons Covalentes // "La Sweet"

Théâtre - danse

La Sweet est une proposition chorégraphique, musicale et clownesque. Elle doit être capable de se surprendre se réinventer, de s’inscrire partout. La Sweet est une tribu avec ses histoires qu’elle déroule et nourrie dans les lieux et avec le public qu’elle rencontre. Quatres personnages exposent les enjeux de composition de nos groupes sociaux. Ces grands mélomanes décident de s’approprier un symbole célèbre des luttes populaire, du vivre ensemble et de la fête, comme acte allégorique de résistance face aux temps de chaos qui s’annoncent. La Sweet est un poème pourchassant la banalité quotidienne, un acte de résistance, un rituel libérateur de nos peurs et nos désirs, une grande fête.


Du 25 au 31 mars 2019

La Tête Ailleurs & Le Grand appétit// "Danse avec ta mère"

Théâtre de parking

Danse avec ta mère est un projet théâtral autour d’un parking évoquant évoque la famille, son poids, ses rôles, en jouant avec des instantanés qui racontent la façon dont chacun chemine physiquement avec ce poids.
Beau Dimanche avec La Tête Ailleurs & Le Grand Appétit le dimanche 31 mars // Rdv à 15h30 à la Barakt pour aller ensemble sur le parking // Entrée libre et tout public // Ouverture de la 3ème terre dès 10h pour atelier peinture parents-enfants et déjeuner partagé


Du 29 avril au 5 mai 2019

Le Thyase// "Les leçons impertinentes"

Saga intime à débordements maîtrisés

Zou, face au monde-public, explose et l’invite dans sa transe. Pédagogue de rue, elle enseigne à loisir des sujets qu’on n’apprend pas à l’école et pourtant essentiels au
vivre-ensemble. Son naturel désarme sa classe improvisée, ses exemples touchent les cœurs ensommeillés. Elle explique, décortique, analyse, en profite pour taper des coups de gueule, prend à parti, rebondit, resserre les rangs, fait des sondages, montre et démonte nos évidences conditionnées.
Beau Dimanche avec Le Thyase le dimanche 5 mai à 16h à la Barakt // Entrée libre et tout public // Ouverture de la 3ème terre dès 10h pour atelier peinture parents-enfants et déjeuner partagé


Du 30 avril au 10 mai 2019

InEX// "OUSTE !"

Clown - théâtre gestuel

Vous avez besoin d’expulser, de virer, d’exiler ?
Vulcano et Lucien, nouvellement embauchés par l’Agence Ouste (Organisation Utile pour la Sous-traitance de l’Exclusion) vous font une démonstration de leur méthode exclusive.
OUSTE ! C’est l’histoire de l’ignorance, de la peur de l’intrusion, de la dépossession, la peur de perdre son travail, sa maison, son pays…
OUSTE ! c’est un spectacle conférence, un duo de clowns


Du 13 au 18 mai 2019

Veiculo Longo// "SCOP"

Art de rue

Trois individus nous offrent leurs regards sur la ville, leurs rapports au monde.
Ils.elles nous parlent de modes de déplacement, de conquêtes et de déchéances.
Ils.elles nous donnent à voir leurs réactions, leurs organisations internes et leurs organisations de groupe face aux situations et aux événements qu’ils.elles rencontrent. Leurs contentieux avec la vie, ce qu’ils.elles en font, ce que ça leur fait, ce que ça fait au monde. Trois figures fortes, affrontant de plein fouet la réalité.
Ce qui les dépasse.


Du 20 au 24 mai 2019

Cie Drôle de Rêve // "Ça ne rend pas sourd !"

Théâtre sonore immersif

" Ça ne rend pas sourd ! " est un spectacle sonore à écouter au casque à partir de textes de la littérature érotique sur le thème des fantasmes. Les spectateurs sont confortablement installés, casque vissé sur les oreilles et les yeux bandés.
Il n’y aura rien à voir, mais tout à entendre.
Pour pousser à son paroxysme l’évocation, le son sera spatialisé, utilisant la technologie binaurale, c’est-à-dire que nous créons un espace sonore en 3 dimensions.
Puisque toutes les études l’ont prouvé, non le plaisir solitaire ne rend pas sourd. Nous pouvons nous y donner à cœur joie !

Carte Noire avec Drôle de Rêve le jeudi 23 mai à 20h30 à la Barakt // Public adulte ou presque adulte // Petite restauration dès 19h30


Du 27 mai au 2 juin 2019

Titanos // "Impérial Trans Kairos"

Attraction animée spectaculée

Impérial trans Kairos est une virée sur les pavés de la déroute pour 13 passagers et 100 spectateurs piétons. Des apparitions, voyages, visites, disparitions donnent du mouvement et gonflent d’imaginaire les espaces publics traversés.

Retrouvez ce train hors du commun au festival Les Guinguettes de l’Yvette les 1er et 2 juin


Du 3 au 7 juin 2019

Tony Clifton Circus // "Das Kapital ou les merveilleuses aventures des Frères Marx "

Théâtre de rue

Les frères Marx forment un trio de saltimbanques qui veulent seulement faire leur travail, car après avoir terminé leur travail, ils pourront enfin retourner dans leur vie.
Mais le travail ne se termine jamais, il n’y a probablement rien après le travail, il n’y a que du travail. Les trois frères Marx n’abandonnent pas, leur travail devient alors une mission : ils vivent pour montrer que si le travail existe, le travail peut se terminer un jour. Et peut-être que le lendemain, la vie commence.
Jusqu’à présent, cela ne s’est jamais produit : le travail n’a jamais été terminé, et donc la vie n’a jamais commencé. Parfois, dans les moments difficiles, les frères Marx ont peur qu’un jour le travail se termine vraiment. A force de travailler, ils commencent à douter sérieusement qu’après le travail, il y aurait vraiment autre chose.

Carte Noire avecTony Clifton Circus le jeudi 6 juin à 20h30 à la Barakt // Petite restauration dès 19h30


Du 19 au 27 juin 2019

Détachement international du Muerto Coco // "Vous connaissez Venise Adrianne ?"

Théâtre musical

Suite biographique pour deux clarinettes, un ensemble de voix off, des boitiers bourrés d’électronique et quelques crustacés décapodes. Nous parlerons, entre autre, de pédagogie musicale, de repas de famille, de messieurs et mesdames les députés et de homard bleu d’Atlantique.
Résidence permettant d’achever le cycle d’écriture textuelle et musicale du spectacle avant d’attaquer la phase de création dès l’automne 2019.

Carte Noire avec le Détachement International du Muerto Coco le jeudi 27 juin à 20h30 à la Barakt // Petite restauration dès 19h30


SAISON DE SEPTEMBRE À DÉCEMBRE 2019

Du 26 août au 1er septembre 2019

Les Philentropes (95) // "De(s)mo(ts)cratie

Théâtre

Des amis qui partagent une galette des rois, le discours d’un roi qui ressemble étrangement au président de la république, un tour de magie ? C’est le grand cirque de la démocratie !
En sourdine gronde une révolte...



Du 9 au 14 septembre 2019

Le Plus petit espace possible (12) // "La femme pavillon"

Concert organik et poétik

LA FEMME-PAVILLON embarque dans sa sono-scénographie l’auditeur, musiques, sons, textes, suspensions, chants, souffles et explorations .
Prune Lardé : chant, looper, grosse caisse // Elise Chatelain : trombone, voix, mixage, compositions // Séverine Fel : tuba et diffusion sonore


Du 3 au 7 octobre 2019

La Fausse compagnie (86) // "Petite histoire de l’enregistrement sonore"

Installation vivante te bric-à-brac sonore

Une invitation à plonger dans le monde de l’enregistrement sonore, une installation vivante, un attirail sonore et visuel où se développent des bulles d’histoires, narrations intempestives, instantanés poétiques. C’est aussi un lieu propice aux rencontres humaines, aux échanges de savoirs...
Une invitation à prendre le temps de rembobiner une cassette avec un crayon.

Beau Dimanche le dimanche 6 octobre à 16h à la Barakt // Entrée libre et tout public // Ouverture de la 3ème terre dès 10h pour atelier land art parents-enfants et déjeuner partagé


Du 21 octobre au 6 novembre 2019

Les Toiles Cirées (31) // "Fugue (titre provisoire)"

Déambulation en espace public entre théâtre, course de vitesse et fiction radiophonique

FUGUE est une déambulation pour l’espace public entre théâtre, course de vitesse et fiction radiophonique. Ecrit à partir de deux ans de récolte de témoignages, cette nouvelle création de la Comp. Toiles Cirées se penche à nouveau sur la question du cadre et des manières d’en sortir. Composé de récits croisés de fugueurs, FUGUE s’interroge sur les motivations qui poussent à fuguer. Dans un paysage social où la réussite est devenue une norme, la fugue ne serait-elle pas un cri discret de révolte pour se redonner le droit de ne pas être ce que l’on attend de nous ? Un passage à l’acte revendiquant, pour quelques heures ou plusieurs mois, la possibilité d’une autre vie ? Et quand le moment est venu de rentrer, que ramène-t-on avec nous ?


Du 21 au 25 octobre 2019

Les Furieuses (26) // "Ce que j’appelle oubli"

théâtre-concert tout terrain

Dans la continuité des Furieuses, Ce que j’appelle oubli est adapté comme un conte contemporain, un road movie sous cellophane piégé dans un bac réfrigéré. Une claque qui frappe sans prévenir. 55 minutes de mots scandés à partir du texte de Laurent Mauvignier, Ce que j’appelle oubli, Les éditions de minuit, Paris, 2011 Fiction librement inspirée d’un fait divers, survenu à Lyon, en décembre 2009. Le texte est écrit par l’auteur d’un bloc sans saut de ligne ni point. Un mode narratif avec une adresse claire au spectateur. Un seul texte, une seule histoire montée dans sa globalité avec une écriture dramatique propre. D’abord un gant de boxe vient percuter un micro, comme un battement de cœur, puis les mots s’enchaînent. Entrent la guitare, la batterie, le trombone. La musique et les mots s’entrelacent et se répondent, se rendent les coups.

Carte Noire le jeudi 24 octobre à 20h30 à la Troisième Terre // Entrée libre et tout public // Petite restauration dès 19h30


Du 28 octobre au 3 novembre

KMK (94) // "Ravie"

Expérience théâtrale et sonore

Ravie est un texte, écrit par Sandrine Roche, qui revisite le conte de La chèvre de Monsieur Seguin, débarrassé de sa morale. Écrit pour le théâtre, nous le transposons pour un contexte réel. La montagne devient le symbole d’une liberté convoitée et pourrait tout autant être figurée par la ville, avec ses multiples promesses et tentations. Le public sera au centre du dispositif et des échanges, avec Blanquette, Seguin et le Chœur des chèvres. Ravie évoque le rapport à la prise de risque, au désir d’émancipation, confrontés à la peur, au besoin de sécurité. Le spectateur sera amené à traverser ces questions, à déplacer son point de vue.

Beau Dimanche le dimanche 3 novembre à 16h à la Barakt // Entrée libre et tout public // Ouverture de la 3ème terre dès 10h pour atelier bébé gribouille et déjeuner partagé


Du 12 au 22 novembre

Ilimitrof (69) // "Je me suis engagée, "oui", mais j’ai oublié"

arts de la rue

Alors qu’auparavant nous nous engagions pour toute la vie, quelle est la valeur de l’engagement aujourd’hui ? Entre les conditions d’utilisation qu’on ne lit plus, et l’obsolescence programmée, il a aujourd’hui une date limite, devenant un engagement "à terme". Entre questionnement collectif et questionnement intime, vous trouverez d’abord une exposition interactive entresort sérieuse, humoristique et réaliste ; puis une performance acte vivant poétique, douce et intimiste

Carte Noire le jeudi 21 novembre à 20h30 à La Barakt // Petite restauration dès 19h30


Du 25 au 29 novembre 2019

Caddies de Sinope (59) // "La Fin de la gloire du monde"

Cirque absurde et danse brute

Ce spectacle est un œil jeté sur le monde. Il remet en question nos luttes et nos désillusions. Nous avons pris le parti du dénuement, de la nudité et de l’émotion brute à la frontière du spectacle et de la performance.
Les caddies avancent et les hommes déraillent sur des autoroutes à néons grillagés. Leurs cœurs froids s’aimantent sur des barreaux rougeoyants. Sous les supplices de nos bourreaux, nos corps dénudés se mettent à danser dans une frénétique lenteur.
De la grotte à la cage, le caddie devient objet de désir et de rejet. La pièce dérange elle donne une vision inhabituelle du spectacle. Elle est sans issue.


Du 9 au 14 décembre 2019

Superfluu (19) // "Pour toujours pour l’instant"

Expérimentation collective d’amour en espace public

Pour toujours pour l’instant est une invitation à se regarder, à se considérer, à se rappeler que nous sommes des âmes émotives. Créer une empathie autour du sentiment amoureux, faire naître du commun autour d’une émotion individuelle. Pour donner envie, pour remonter le moral, pour émouvoir positivement. Parce que l’acte subversif ne se limite ni à la lutte ni à la transgression. Parce que l’amour, au fond, il n’y a que ça qui compte. Vous imaginez si on tombait amoureux tous en même temps ?!
Il y a un truc cosmique qui se passerait.
Un truc incroyable !
On essaie ?!

Carte Noire le jeudi 12 décembre à 20h30 à La Barakt // Petite restauration dès 19h30


Du 16 au 20 décembre 2019

Les Yeux dans la tête (91) // "Symphomniac"

Théâtre physique

Dans l’insomnie nous sommes propulsés dans un espace intemporel. Une nuit abyssale dont nous ne voyons pas la fin. La réalité a soudainement un goût inhabituel. Le monde autours de nous se tait, la forme des objets, les couleurs ainsi que les sons sont altérés. L’inaccoutumé, le hors norme, l’extravagant, animent ce bal nocturne vraisemblablement silencieux. Le temps s’écoule au ralenti, l’obscurité coulant le long des murs exagère les images, elle transforme nos fantasmes et fait galoper follement nos pensées. L’imaginaire devient bavard, agité, remuant nos profondes absurdités.